ANTEK

Artiste multimédia / Arras, France.

Grandir dans le bassin minier laisse des marques indélébiles, de même qu’avoir des origines polonaises. C’est pourquoi, Antoine Kempa a choisi Antek pour nom d’artiste. Son héritage nordiste et polonais font partie intégrante de sa personnalité qu’il nous transmet à travers des oeuvres diverses et variées mêlant rage punk et mélancolie.

Petit, le dessin était une réelle passion et celle-ci s’est développée lorsqu’il a rencontré l’artiste Franck Dudin, devenu alors son professeur d’art. Devenu lycéen, il fait alors la connaissance d’un nouveau professeur d’art au Lycée Gambetta d’Arras, Gérard Viart. Celui-ci devient alors un véritable mentor pour Antek qui, se décide à entrer à l’Ecole Supérieure d’Art et de Communication de Cambrai, où il obtient le diplôme DNAP (diplôme national d’art plastique) et DNSEP (diplôme national supérieur d’expression plastique).

En 2008, Antek débute sa carrière d’artiste au sein du collectif parisien M.Esclave dont les performances allient musique électro punk et vidéos saturées. À travers ce projet, Antek passera, avec les autres membres du collectif, à l’émission « Le grand lifting des tubes » sur la chaîne TF6 qu’ils mettront, brillamment, à feu et à sang.

Par la suite, Antek s’oriente vers la création de vidéos expérimentales, diffusées dans l’émission  » Tracks  » sur ARTE puis au Grand Palais de Paris pour l’exposition « la force de l’art », au Musée d’Arras et enfin, lors du festival des « Nuits des Bassins » à Arras. Il crée les vidéos pour le spectacle « je t’aime mon toc toc » de la compagnie Velum et partira en tournée en France et en Roumanie avec celle-ci. Depuis 2018 Antek a rejoint la compagnie Noutique avec laquelle il collabore sur plusieurs projet.

Antek est un artiste curieux de tout et touche à tout. Ainsi, sa passion artistique ne se limite pas qu’aux dessins et aux vidéos. Petit à petit, il commence aussi à manier la sérigraphie, la peinture, la photographie et les arts graphiques. Cela le mènera à exposer ses oeuvres, notamment à la galerie berlinoise Drucksalon, au Quai de la batterie et aux Ateliers de la Halle d’Arras. De nombreux artistes se tournent alors vers lui pour réaliser leurs affiches et pochettes de disques.

Toujours fasciné par l’art cinématique, il crée, en parallèle de toutes ses autres créations, des courts métrages et films d’animation pour le Kino Bike Club, l’Arras Film Festival et La Monstra, Festival de Film d’animation de Lisbonne.

Musicien depuis son plus jeune âge, voilà encore une corde à son arc qu’il développe à travers de nombreux groupes tels que Les Craneurs, Cherry Banana And The Splits, Messieurs ou encore CHARBON.

Son dernier projet en date est né durant la crise sanitaire de 2020 et se nomme le Labo Sonore. Ce projet de créations et expérimentations sonores a pour volonté première de ne jamais cesser de faire découvrir et enrichir la culture musicale des jeunes, même lorsque les actions culturelles en tout genre sont ralenties par une situation inédite.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :